QUINOLONES...VACCIN DE L HEPATITE B. VACCIN H1N1. ET AUTRES

ECHANGES.. DONNEES.. DISCUSSIONS INFORMATIONS MEDIATISATIONS SCIENCES..
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 SYNDROME DE LA GUERRE DU GOLFE

Aller en bas 
AuteurMessage
dan
Rang: Administrateur* LA SANTE DE NOS ENFANTS EN DANGER
avatar

Nombre de messages : 4785
Date d'inscription : 24/10/2004

MessageSujet: SYNDROME DE LA GUERRE DU GOLFE   Mar 26 Avr - 23:06

Le "syndrome de la guerre du Golfe" validé par une enquête britannique

LONDRES, 17 nov (AFP) - Une enquête britannique a conclu mercredi à l'existence "indiscutable" du "syndrome de la guerre du Golfe", un ensemble de maladies frappant certains vétérans de l'opération "Tempête du désert" en Irak en 1991 qui fait polémique aussi bien à Londres qu'à Washington ou Paris.

"Ils sont malades à cause de la guerre du Golfe, c'est indiscutable", a affirmé Lord Anthony Lloyd of Berwick, un ancien juge à la retraite chargé en juin de se pencher sur l'existance de ce "syndrome" au nom de la Royal British Legion, une organisation semi-officielle représentant des anciens combattants.

Selon cette enquête indépendante, dont les conclusions ont été remises mercredi, "toutes les études épidémiologiques se rejoignent sur le fait que les vétérans du Golfe sont deux fois plus susceptibles de souffrir de problèmes de santé que s'ils avaient été déployés en Bosnie ou s'ils étaient restés sur le sol britannique".

Le gouvernement de Tony Blair s'est toujours opposé à toute enquête officielle sur ce dossier.

Se penchant sur la qualification à donner aux multiples symptômes --problèmes neurologiques, maux de tête, dépression, pertes de mémoire ou du sommeil, douleurs musculaires, fatigues chroniques, eczéma ou encore problèmes respiratoires-- dont souffrent quelque 6.000 des soldats britanniques déployés en Irak et au Koweït en 1991, l'enquête menée par Lord Lloyd of Berwick a en tout cas donné un début d'existence officielle au label de "syndrome de la guerre du Golfe".

"Il n'y a aucune raison médicale empêchant ces symptômes d'être décrits comme un syndrome", a plaidé ce rapport, rejetant le qualificatif de "symptômes et signes de problèmes de santé mal définis" retenu jusque là par le ministère britannique de la Défense (MoD).

Soulignant que 600 vétérans de la première guerre du Golfe sont déjà morts et que 2.585 d'entre eux, la plupart malades en phase terminale, perçoivent une pension d'invalidité, ce rapport d'enquête n'a pas émis en revanche de conclusions sur l'origine de ces maladies inexpliquées.



Selon ce document, le syndrome de la guerre du Golfe serait en fait dû à une "combinaison de facteurs": les injections multiples de vaccins contre l'anthrax et la peste, l'usage de pesticides sur les tentes où étaient hébergés les soldats, la faible exposition de certains combattants aux gaz innervants et l'inhalation de poussières d'uranium appauvri.

Ce rapport d'enquête a cependant totalement rejeté la thèse de maladies purement psychosomatiques, rejoignant ainsi un rapport officiel américain du 12 novembre selon qui l'exposition à des agents toxiques et non le stress est probablement à l'origine des maux dont souffrent quelque 100.000 des 700.000 soldats américains déployés dans le Golfe en 1991.

Du côté des vétérans britanniques du Golfe, beaucoup doutaient cependant encore mercredi de l'impact réel de ce nouveau document sur le discours officiel de Downing Street et du MoD.

"Une partie de moi espère que le MoD acceptera ces conclusions, a ainsi réagi Charles Plumridge, 64 ans. Mais l'autre partie a le sentiment qu'ils continueront à pratiquer la politique de l'autruche et qu'ils feront tout ce qui est possible pour décrédibiliser ce rapport en le qualifiant de foutaises".

Si le rapport de Lord Lloyd of Berwick fait monter la pression sur le MoD, il pourrait aussi avoir des retombées en France, où ce syndrome en tant que tel n'a jamais été reconnu par les autorités.

L'Inserm, un institut public de recherche médicale, a ainsi conclu en juillet que rien ne "démontrait l'existence d'un syndrome spécifique du Golfe" sur les 20.261 militaires français ayant participé à la guerre du Golfe d'août 1990 à juillet 1991.

Original du rapport complet à : http://www.lloyd-gwii.com/admin/ManagedFiles/4/LloydReport.pdf
NOTRE COMMUNIQUE DE PRESSE :

AVIGOLFE

Association des victimes civiles et militaires de la guerre du Golfe

49 avenue Bontemps

95750 CHARS
Revenir en haut Aller en bas
dan
Rang: Administrateur* LA SANTE DE NOS ENFANTS EN DANGER
avatar

Nombre de messages : 4785
Date d'inscription : 24/10/2004

MessageSujet: BROMURE DE PYRIDOSTIGMINE PB   Dim 15 Mai - 0:47

Le comité recommande des études chez des animaux d'expérience pour étudier les effets à long terme de l'exposition aiguë et à court terme de sarin aux doses qui ne causent pas des effets cholinergiques manifestes et l'inhibition minimale d'acetylcholinesterase de cause seulement.

Les doses aiguës massives de sarin, par l'inhibition de l'estérase de cible de neuropathie (NTE), peuvent induire le neurotoxicity retardé dans certains, mais pas tous, espèce animale. Les longues périodes d'excédent inférieur de doses peuvent également exercer cet effet, mais plus de recherche est nécessaire pour justifier cette conclusion. Les changements à long terme de l'cEeg des primats non humains se produisent après administration de sarin aux doses élevées, aussi bien qu'aux doses qui ne produisent pas les signes aigus de la toxicité. La signification clinique et à long terme de ces changements d'cEeg est peu claire. Les études devraient décrire les changements concomitants aux niveaux comportementaux, électrophysiologiques, et biochimiques. Les études devraient évaluer l'hypothèse qui a répété l'exposition au sarin—alone et en combination avec d'autres pesticides d'organophosphate ou doses (OP) d'agents—at de nerf qui ne causent pas la toxicité cholinergique manifeste peut produire la polyneuropathie retardée.

Le comité recommande la recherche sur les facteurs génétiques qui peuvent changer la susceptibilité à la toxicité de sarin.

Le paraoxonase d'enzymes inactive le sarin par l'hydrolyse. Le gène PON1 humain a de divers polymorphismes. Les génotypes correspondants déterminent les propriétés catalytiques d'une enzyme qui hydrolyse certains organophosphates à deux taux différents selon lesquels le polymorphisme est présent. Les études ont suggéré un rapport entre ces polymorphismes génétiques et affaiblissement neurologique dans des vétérans de la guerre du Golfe. Cependant, en raison de leur petite taille les résultats exigent la confirmation dans une plus grande population. Les études sur des polymorphismes génétiques, en particulier de PON1, peuvent élucider la nature de la susceptibilité humaine à la toxicité de sarin.

BROMURE DE PYRIDOSTIGMINE
Le comité recommande des études sur des interactions chimiques entre le bromure de pyridostigmine (PB) et d'autres agents, tels que l'effort, et des insecticides.

Les études ont suggéré la possibilité que des combinaisons des produits chimiques (en particulier insecticides) et résultat d'effort dans de plus grandes conséquences toxiques que quand chacune de ces expositions est seule actuel. Les interactions synergiques possibles du PB avec des produits chimiques et les facteurs de force (ambiants et psychologiques) exigent la réplique et la confirmation, en particulier études explorant la possibilité d'interactions toxiques résultant de l'exposition aux produits chimiques à de basses doses et périodes d'excédent à longues. De telles études peuvent également jeter la lumière dessus si le PB (qui est peu probable à la neuropathie retardée organophosphate-induite par initié [ OPIDN ]) peut favoriser d'autres neuropathies chimiquement induits. Livres Relatifs:

La guerre du Golfe et santé: Volume 2. Insecticides et dissolvants (2003)

La guerre du Golfe et santé: Examen mis à jour de littérature de Sarin (2004)

D'Autres Livres Relatifs
Revenir en haut Aller en bas
dan
Rang: Administrateur* LA SANTE DE NOS ENFANTS EN DANGER
avatar

Nombre de messages : 4785
Date d'inscription : 24/10/2004

MessageSujet: Re: SYNDROME DE LA GUERRE DU GOLFE   Dim 15 Mai - 1:11

Sur la piste du syndrome de la guerre du golfe
On recherche toujours les causes du syndrome de la guerre du Golfe (SGG). Plusieurs pistes ont déjà été évoquées (intoxication par l'uranium appauvri utilisé dans la fabrication des obus antichars). Devant le nombre d'Américains touchés, les recherches sur le SGG ont été officialisées dès 1996 par la création d'un poste auprès du secrétaire d'Etat à la Défense, à Washington, le "Special assistant for Gulf War illnesses".

En France, il aura fallu attendre l'an 2000 pour qu'une commission d'enquête soit nommée à la suite des nombreuses plaintes déposées par des anciens combattants. Dans Guerre du golfe : vérité sur un conflit, un récent rapport publié par l'Assemblée nationale, les vaccins contenant de l'hydroxyde d'aluminium sont soupçonnés d'être à l'origine du SGG. Sur le terrain, les combattants ont en effet reçu des vaccinations multiples, comme le vaccin contre l'anthrax (6 injections en moins d'un mois) pour lutter contre une éventuelle attaque bactériologique. Cette "surdose" vaccinale pourrait expliquer l'apparition des myalgies et arthralgies, c'est-à-dire des douleurs musculaires et articulaires dont se plaignent les victimes. Une description qui ressemble fort aux symptômes décrits par les patients atteints de myofasciite à macrophages. Lors de son audition devant l'Assemblée nationale le 21 mars dernier, le Pr. Roger Salomon, qui dirige la commission d'enquête nationale sur le SGG, a confirmé que l'hypothèse de la vaccination est une piste sérieuse :

"Si, par exemple, on me demande aujourd'hui de sélectionner quelques facteurs de risque, je retiendrai non pas l'uranium appauvri ou la Pyridostigmine mais la vaccination" !

Mme Catherine MARTINEZ

Le discours n est plus le même hélas le Prof R. Salomon a retourné sa veste..Pourtant il a bien dit cette phrase dans le rapport de son étude épidémiologique. pale
Dan

Bibliographie :
Revenir en haut Aller en bas
fanfan
chercheur confirmé*
avatar

Nombre de messages : 1206
Date d'inscription : 14/12/2004

MessageSujet: Re: SYNDROME DE LA GUERRE DU GOLFE   Dim 15 Mai - 8:41

la vaccination, n'est pas un geste anodin a confirmer l'OMS..........
Revenir en haut Aller en bas
dan
Rang: Administrateur* LA SANTE DE NOS ENFANTS EN DANGER
avatar

Nombre de messages : 4785
Date d'inscription : 24/10/2004

MessageSujet: infos vaccins Golfe   Mar 17 Mai - 15:33

INFOS VACCINS (GOLFE)

Liste des vaccins : ( vaccinations réglementaires, mise à jour avant départ pour le Golfe. )



Tuberculose ( B.C.G)

Diphtérie-Tétanos (D.T)

Typhoïde (nouveau vaccin TYPHIM – VI)

Poliomyélite ( vaccin injectable trivalent)

Hépatite virale A ( gamma-globulines injectables)



+ deux vaccins effectués en URGENCE :

La grippe

Méningite cérébro-spinale (vaccin bivalent A C)

Choléra : Le nouveau vaccin Pasteur non encore commercialisé fut l’objet par la DCSSA d’une commande URGENTE ?

Charbon : La prévention par la Doxicycline , à la dose de 300 mg par jour , fut préférée et adoptée pour les unités. ( contre la peste et le charbon)

======================

(Archives)

Libération - Jeudi 29 mars 2001

GOLFE : sur la piste des vaccins

Un médecin a avancé cette théorie, hier, devant la Mission d' Information Parlementaire de l'Assemblée nationale. Plus que l'uranium appauvri, les vaccinations pourraient être à l'origine du syndrome de la guerre du Golfe. L'audition, hier à l'Assemblée nationale, du professeur Romain Gherardi, spécialiste des maladies neuromusculaires à l'hôpital Henri-Mondor de Créteil (Val de Marne), a jeté une lumière nouvelle sur les affections qui touchent des anciens combattants du Golfe et des Balkans. Chez des patients civils, son équipe a en effet découvert une nouvelle maladie qui s'apparente au "syndrome": la myofasciite macrophagique (MFM). Les symptômes sont les mêmes : douleurs articulaires accompagnées de fatigues chroniques. Et la cause pourrait être identique : l'adjuvant à base d'aluminium contenu dans les vaccins. "Nous avons des suspicions fortes de l'existence d'un syndrome post vaccinal", a assuré le professeur Gherardi devant les députés de la mission d'information sur le syndrome du Golfe. "Il faut tester cette hypothèse en cherchant des signatures aluminiques chez les anciens du Golfe", a demandé le médecin....

======================
Revenir en haut Aller en bas
benzo
chercheur de lumières


Nombre de messages : 85
Date d'inscription : 09/05/2011

MessageSujet: Les neurotoxiques    Jeu 25 Déc - 19:57

Les neurotoxiques de toutes les sortes, médicaments, pesticides, vaccins....sont totalement responsables.
Tous provenant d'une seule industrie pétro-chimico- pharmaceutique :

http://medicamentpoison.wordpress.com
Revenir en haut Aller en bas
http://nonauxbenzodiazepines.wordpress.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: SYNDROME DE LA GUERRE DU GOLFE   

Revenir en haut Aller en bas
 
SYNDROME DE LA GUERRE DU GOLFE
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Syndrome de la "Guerre du Golfe" et SEP.
» Guerres du Golfe [1991 - 2003]
» Guerre de Corée: la participation française
» La 1ere Guerre de l'apres Guerre Froide....
» SARKOZY S'EN VA-T-EN GUERRE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
QUINOLONES...VACCIN DE L HEPATITE B. VACCIN H1N1. ET AUTRES :: informations :: MALADIES ET VACCINS DE L HEPATITE B-
Sauter vers: